Annoncer, célébrer, servir l'Evangile de la vie
Le rôle de la famille

A l'intérieur du "peuple de la vie et pour la vie", la responsabilité de la famille est déterminante... La famille est véritablement "le sanctuaire de la vie", le lieu où la vie, don de Dieu, peut être convenablement accueillie et protégée contre les nombreuses attaques auxquelles elle est exposée, le lieu où elle peut se développer suivant les exigences d'une croissance humaine authentique. C'est pourquoi le rôle de la famille est déterminant et irremplaçable pour bâtir la culture de la vie.
Comme Eglise domestique, la famille a vocation d'annoncer, de célébrer et de servir l'Evangile de la vie (E.V. 92).

En parlant d'"une participation spéciale" de l'homme et de la femme à l'"oeuvre créatrice de Dieu", le Concile veut souligner qu'engendrer un enfant est un évènement profondément humain et hautement religieux, car il engage les conjoints, devenus "une seule chair" (Gn 2, 24), et simultanément Dieu lui-même, qui se rend présent (EV 51).

La famille célèbre l'Evangile de la vie par la prière quotidienne, personnelle et familiale : dans la prière, elle loue et remercie le Seigneur pour le don de la vie, et elle invoque lumière et force pour affronter les moments de difficulté et de souffrance, sans jamais perdre l'espérance. Mais la célébration qui donne son sens à toute autre forme de prière et de culte, c'est celle qui s'exprime dans l'existence quotidienne même de la famille, si elle est faite d'amour et de don de soi (E.V. 93).

La célébration de l'Evangile de la vie demande à être réalisée surtout dans l'existence quotidienne, vécue dans l'amour d'autrui et dans le don de soi. C'est toute notre existence qui se fera ainsi accueil authentique et responsable du don de la vie et louange sincère et reconnaissante de Dieu qui nous a fait ce don.

C'est ce qui se passe déjà dans tant de gestes d'offrande, souvent humble et cachée, accomplis par des hommes et des femmes, des enfants et des adultes, des jeunes et des anciens, des malades et des bien portants. C'est dans un tel contexte, riche d'humanité et d'amour, que prennent aussi naissance les gestes héroïques. Ceux-ci sont la célébration la plus solennelle de l'Evangile de la vie, parce qu'ils le proclament par le don total de soi. Ils sont la lumineuse manifestation du degré d'amour le plus élevé : donner sa vie pour la personne qu'on aime.

Au-delà des actions d'éclat, il y a l'héroïsme au quotidien, fait de petits ou de grands gestes de partage qui enrichissent une authentique culture de la vie... A cet héroïsme du quotidien appartient le témoignage silencieux, mais combien fécond et éloquent, de "toutes les mères courageuses qui se consacrent sans réserve à leur famille, qui souffrent en donnant le jour à leurs enfants, et sont ensuite prêtes à supporter toutes les fatigues et à affronter tous les sacrifices pour leur transmettre ce qu'elles possèdent de meilleur en elles... Nous vous remercions, mèrs héroïques, pour votre amour invincible ! Nous vous remercions pour la confiance intrépide placée en Dieu et en son amour. Nous vous remercions pour le sacrifice de votre vie" (E.V. 86).

C'est surtout par l'éducation des enfants que la famille remplit sa mission d'annoncer l'Evangile de la vie (E.V. 92).

Il est nécessaire d'éduquer à la valeur de la vie, en commençant par ses propres racines. Il serait illusoire de penser que l'on puisse construire une vraie culture de la vie humaine sans aider les jeunes à comprendre et à vivre la sexualité, l'amour et toute l'existence, en en reconnaissant le sens réel et l'étroite interdépendance... On ne peut donc se dispenser de proposer, surtout aux adolescents et aux jeunes, une authentique éducation à la sexualité et à l'amour, une éducation comprenant la formation à la chasteté, vertu qui favorise la maturité de la personne et la rend capable de respecter le sens "sponsal" du corps (E.V. 97).

On doit accorder aux personnes âgées une place particulière... La personne âgée a pour sa part une contribution précieuse à apporter à l'Evangile de al vie. Grâce au riche patrimoine d'expérience acquise au long des années, elle peut et elle doit transmettre la sagesse, rendre témoignage de l'espérance et de la charité (E.V. 94).